Flash Infos:

Atelier de Formation Bridge sur « Genre et Elections »: Renforcer la capacité des femmes impliquées dans le processus électoral


4 Vues

Quelques membres des institutions, structures en charge de la préparation et de l’organisation des élections, dirigeants des partis politiques et Organisations de la Société civile (OSC) suivent ce lundi 21 Décembre 2015 au Novotel Hôtel de Cotonou, une formation Bridge sur le thème « Genre et Elections ». Organisée en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), le ministère de la Justice et des Droits de l’homme et le Ministère en charge de la promotion du Genre, cette formation vise à renforcer la capacité des femmes surtout impliquées dans le processus électoral.

Une photo de famille regroupant participants et organisateurs.

Une photo de famille regroupant participants et organisateurs.

Le présent atelier modulaire par la méthode BRIDGE en anglais, Building Resources in Democracy, Governance and Elections, signifie (Bâtir des ressources pour la démocratie, la Gouvernance et les élections), s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation des mesures visant à l’accroissement de la participation de la femme dans le processus électoral.

Axée sur le thème : « Genre et Elections », cette formation qui est une première au Bénin sera dispensée durant quatre jours à l’endroit des Organes de gestion des élections, des différentes parties prenantes qui œuvrent pour la promotion des Droits des femmes afin qu’ils puissent bien comprendre eux aussi, les enjeux du processus électoral.

Spécifiquement, l’atelier vise donc à renforcer les capacités des participants dans l’intégration du genre dans le cadre juridique des élections ; renforcer les capacités des dirigeants des partis politiques dans l’intégration du genre dans leur organisation ; renforcer les capacités des femmes dans leurs droits et obligations en tant qu’électrices et dans la promotion de leurs candidatures aux élections.

En effet, la fonction d’observation jadis réservée aux hommes a été convenablement assurée par les femmes aux dernières élections législatives et communale de 2015, avec en prime l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (Tic). Ce qui a permis de noter une amélioration dans la participation des femmes en tant que candidates à ces élections. Pour preuve, aux élections communales, l’effectif des femmes est passé de 1465 à près de 3000 ; une sensible amélioration au niveau des Conseils communaux soit 4,80 % en 2015 contre 4,49% en 2014  et 8,43% en 2015 contre 7,23% en 2014 à l’Assemblée nationale. Tandis que les femmes élues Maires ont fait un taux de 2,59% en 2015 contre 1,29% en 2014.

« Malgré ces quelques avancées dans le domaine de la promotion de la participation équitable des hommes et des femmes à la vie politique, le Bénin se retrouve en deçà de la représentativité égalitaire prescrite par l’art 26 de la Constitution béninoise et dans la mise en œuvre de la Résolution n°15 de l’ECOSOC 1990 qui recommande un objectif de 30% de femmes représentées dans les postes à responsabilité » observe M. Gilbert Poumangue, Représentant Résident Adjoint du Pnud.

 « Le Bénin est en deçà des attentes par rapport à la normé fixé pour la représentation des femmes au Parlement, puisqu’il reste dans la tranche inférieure des pays francophone avec moins de 10 % de femmes parlementaires, en dépit du fait que les femmes représentent environ 52 % de la population selon RGPH4-2013 » poursuit M. Poumangue.

Une vue partielle des participants

Une vue partielle des participants

Cette sous représentativité des femmes est également observée au niveau de la gestion des affaires publiques. De même qu’un faible taux des femmes s’observe au niveau de la représentation nationale depuis le Renouveau démocratique et même au niveau des gouvernements qui se succèdent à la tête de l’Etat.

« Par exemple sur les 1435 Conseillers élus seulement 65 sont des femmes dont une seule femme élue Maire sur les 77 communes du Bénin. Une femme sur cinq par rapport à la Cena ; sept femmes à l’Assemblée nationale et 8 femmes sur les 26 membres du Gouvernement actuellement » analyse le représentant du Ministre en charge de la Justice et des Droits de l’homme, M. Fortuné Luc Olivier Guézo.

Promouvoir une représentation accrue des femmes au sein des institutions étatiques, locales, chambres consulaires et aux postes nominatifs et administratifs et échanger sur les stratégies d’actions de mobilisation, de plaidoyer, de communication et sur les modalités de mise en œuvre en commun des actions d’envergures nationale, c’est le vœu pieu formulé par

« Les femmes impliquées dans le processus électoral doivent pouvoir se faire confiance en elles-mêmes et démontrer leur leadership par le travail, l’engagement et la technicité. Elles doivent s’impliquer davantage et prendre leur responsabilité afin de pouvoir franchir le rubicond » a-t-il exhorté.

Notons qu’au-delà de la garantie d’élections régulières, libres et honnêtes, les formations bridges contribueront véritablement à l’ancrage des institutions électorales et au renforcement de leur caractère représentatif et inclusif. Ces participants devront à leur tour, à travers des séances de restitution, renforcer les membres de leurs réseaux ou structures respectifs.

La rédaction


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page