Flash Infos:

Port Autonome de Lomé / Accusations des transitaires non agréés : La contre-offensive de l’UPRAD


11 Vues

Lundi, ce fut les transitaires qui, à travers une conférence de presse dénonçaient des pratiques qu’ils jugent malsains de la part de l’UPRAD (Union professionnelle des agrées en douane). Hier mardi, c’est au tour de cette union des commissionnaires agréés de passer à la contre-offensive.

Selon des indiscrétions, des mallettes continueraient de quitter le Port autonome de Lomé (PAL) en direction de Paris.

Selon des indiscrétions, des mallettes continueraient de quitter le Port autonome de Lomé (PAL) en direction de Paris.

Face à la presse, ces derniers ont balayé du revers de la main toutes les accusations formulées par les transitaires non agréés. Selon la déclaration livrée par le Secrétaire général de l’UPRAD, Assiongbon Kpodar, leur « organisation est mise en cause par ces manifestants à tort, car aucune de leur accusation ne repose sur des bases objectives ». Et ce dernier d’ajouter, « on a même l’impression que certains sujets sont totalement méconnus par les intéressés à voir les attaques gratuites faites à l’égard des agréés et des griefs sans fondements qui ont été livrés à l’opinion publique ». Dans tous les cas, selon M. Kpodar, « les commissionnaires en douane agréés réaffirment haut et fort que c’est à eux que la loi a donné l’autorisation exclusive d’exercer la profession de déclarer des marchandises en douane, et ils entendent organiser cette profession pour la sortir des errements et vices dans lesquels certains individus l’ont plongé depuis quelques temps ».

Parlant des faux frais dont parlaient les transitaires non agréés au cours de leurs dernières sorties, l’UPRAD ne se reconnait pas dans les accusations qui indiquent que ce sont les commissionnaires agréés qui l’ont institué. Toutefois, face à la nouvelle donne induite par le paiement des frais au niveau du Guichet unique, l’on pense que « ces faux frais dont on parle, il y aura certains qui à la longue vont disparaitre d’eux-mêmes ».

En tout cas, à l’UPRAD l’on dit que le Guichet unique et toutes les autres réformes introduits dans la prestation de service des déclarants en douane, ne pose aucun problème comme veut le faire croire les manifestants. On juge d’ailleurs que « les deux structures, SEGUCE et l’OTR ne connaissent pas les transitaires non-agréés et donc ne sauraient leur poser problème ».

Les responsables de l’UPRAD se disent qu’en principe, le Guichet unique devrait apporter une certaine transparence dans la déclaration des marchandises et que c’est peut-être cette transparence qui ne plairait pas à certains.

Rejetant toutes les accusations qui parlent de complot ourdi pour éliminer les transitaires non agréés, M. Kpodar formule à l’endroit de leurs frères non agréés deux conseils : s’organiser et faire des contrats avec les agréés.

En attendant de voir si ces suggestions seront pris en compte par les transitaires non-agréés, l’UPRAD se réjouit de ce que, une rencontre tenue dans la matinée de mardi avec le Premier ministre leur a permis de soumettre à ce dernier des propositions devant accompagner l’instauration des réformes dont les acteurs principaux sont l’OTR et SEGUCE Togo. Ils se réjouissent également que leurs inquiétudes aient été prises en compte et que les équivoques soient levées.

Pour la petite différence entre les transitaires non agréés et les Commissionnaires agréés, c’est que les derniers sont donc avant tout des transitaires qui ont évolué pendant 10 ans et ont eu les moyens pour s’octroyer l’agrément. Ce qui n’est pas le cas pour les transitaires non-agréés qui, ne disposant pas encore des 10 années d’exercice et de la somme de 25 millions de F Cfa exigés pour devenir commissionnaire agréé, sont obligés de continuer presque dans le noir en se faisant parrainer par leurs supérieurs (les commissionnaires agréés). (ZOODOINTER)

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page