Flash Infos:

Régulation / Niger : le Conseil supérieur de la communication veut lutter contre la multiplication anarchique des chaînes de radio


5 Vues

Doit-on continuer à octroyer des autorisations de création des chaînes de radio proposant de faire la même chose que celles qui existent déjà ? Faut-il encore autoriser des stations dans les régions nanties de plusieurs supports médiatiques, alors que certaines parties du pays en sont dépourvues ? Surtout que le Niger compte 200 radios privées et communautaires réparties de manière inégale sur le territoire national.

Ph: DR - Le président de l’organe de régulation du Niger, M. Abdourahamane Ousmane

Ph: DR – Le président de l’organe de régulation du Niger, M. Abdourahamane Ousmane

Les deux questions ci-dessus posées ont guidé les réflexions lors de la session du mois d’avril du Conseil supérieur de la communication (Csc). Les travaux ont consisté en l’examen de deux projets de résolution de création, d’installation et d’exploitation des services de radiodiffusion sonore privés et associatifs.

Le président de l’organe de régulation, Abdourahamane Ousmane (photo), estime qu’il faut désormais instaurer un système d’appel à candidatures pour la création des chaînes de radio. L’objectif étant d’une part, de corriger les déséquilibres qui existent entre les régions et, d’autre part, d’encourager l’émergence des radios thématiques. Pour lui, le pluralisme doit rimer avec diversité. Aucune décision n’est encore prise, mais il se peut qu’au Niger, chacun ne puisse plus créer une radio à sa guise.

Le Csc entend donner cette même orientation au fonds d’aide à la presse. Pour Abdourahamane Ousmane, il faut évaluer l’impact réel de ce soutien de l’Etat sur le paysage médiatique nigérien. Il ne s’agira pas de remettre en cause le principe de l’aide directe, mais il faut mieux définir les objectifs du fonds ainsi que les mécanismes pour suivre son utilisation dans les médias bénéficiaires. (Agence Ecofin)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page